Logo Unis-Cité
Logo Mairie de Paris
Logo Service Civique

Une promenade ouvrière avec l'association Alternative Urbaine

Le 13ème arrondissement, quartier de révoltes, de luttes et de créations, est un lieu idéal pour passer tranquillement une après-midi. De la Place d’Italie à la Butte aux Cailles, nous avons découvert ensemble une partie plutôt méconnue de Paris, guidés par Marcus, éclaireur de l’association Alternative Urbaine bouillonnant d’informations. Cette association cherche à réintégrer socialement et professionnellement des personnes en situation de précarité à travers l’organisation de balades.

 

S’il est surtout connu aujourd’hui comme centre de rencontres et d’activités pour une population d’origine asiatique, le 13ème a pourtant été un théâtre historique d’une importance non négligeable. En s’éloignant du beau bâtiment fin 19ème siècle qui constitue la mairie d’arrondissement, nous nous sommes élancés à l’assaut des rues vastes et élargies du quartier.

 

Nous passons rapidement devant l’ancien théâtre des Gobelins, aujourd’hui devenu un cinéma, dont la façade, conçue par Rodin, appelle tout un chacun à venir témoigner des arts dramatiques à travers un bas-relief d’homme et de femme, entrelacés, symboliques,... De cet immeuble, nous atteignons rapidement la manufacture des Gobelins, lieu historique bien sûr réputé pour être la grande fabrique de tissus et de meubles fournissant l’État entre autres, mais peut-être légèrement moins connu comme lieu de formation pour les étudiants, notamment en artisanat, dont Marcus nous cite Cézanne comme l’un des exemples les plus célèbres.

 

 

 

Au travers de nos déambulations dans les rues de plus en plus étroites, de plus en plus raides, nous nous approchons du centre de notre trajet : la Butte aux Cailles. C’est en se dirigeant là que nous pouvons constater le statut encore contestataire de ce quartier, car des graffitis divers et variés, symboles de la place de plus en plus importante du street art au sein du 13ème, nous dévisagent. Le visage d’une fille farouche, défiante, côtoie un adage, œuvre de Misstic, artiste féministe : « Ce qui nous crève les yeux nous rend aveugle ».

 

Notre guide nous montre plusieurs éléments notables du quartier pendant la montée, notamment le premier gratte-ciel de Paris, construit en 1950, ainsi qu’un square nommé d’après un maire communiste du quartier, exécuté durant la 2nde guerre Mondiale, et dont les fresques vaguement inspirées des travaux d’Arcimboldo forment un contraste intéressant avec l’apparence brutaliste du gratte-ciel d’en face. Nous passons en vitesse Place de la Bergère d’Ivry, victime en 1827 d’un crime passionnel, dont l’affaire aura inspiré « Le Dernier Jour d’un Condamné » de Hugo. Nous voyons le siège du journal Le Monde, recouvert d’un texte du même Victor Hugo plaidant la liberté de la presse. La piscine de la Butte, autre étape intéressante, se distingue par sa brique rouge et ses deux bassins extérieurs.

 

Finalement, notre parcours se termine sur cette Butte, au coin d’une société coopérative ouvrière de production (SCOP) et d’une façade célébrant la commune, nous rappelons aujourd’hui d’un quartier qui, malgré le peu d’intérêt touristique qu’on lui porte, est messager d’un riche passé, et d’une mini-société encore tout à fait animée. Notre guide nous salue et nous quitte, nous laissant profiter de la fin de cette après-midi toute plaisante.

 

 

 

Please reload

Posts Récents

24/03/2019

Please reload

Rechercher par Tags
Please reload

Archives
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • YouTube Social  Icon
  • Twitter Basic Square